Sélectionner une page

Le financement par capital-risque est principalement utilisé par les startups lorsqu’elles atteignent un stade où elles sont prêtes à envisager leur croissance. Une définition plus détaillée du capital-risque se trouve dans la courte vidéo jointe à cet article.

En ce qui concerne la croissance future, la plupart des investisseurs en capital-risque rechercheront certaines choses lors de la sélection de startups à financer. En tant que membre du conseil d’administration et conseiller en investissement d’une startup Fintech, il est important que Thibaut de Roux comprenne quels sont ces critères.

Les investisseurs en capital-risque se tournent vers l’avenir et déterminent la probabilité de réaliser un profit au moment où ils quittent l’investissement, plutôt que grâce aux bénéfices continus du retour sur la rentabilité opérationnelle. Cela signifie que ce qu’ils recherchent peut être très différent de ce que recherchent d’autres types d’investisseurs.

Vous pouvez en savoir plus sur certains des autres types de financement disponibles pour les startups dans le PDF intégré.

L’horizon temporel. 

Comme le principal profit réalisé par les investisseurs en capital-risque se produit au moment où ils quittent l’investissement, l’horizon de temps pour investir est naturellement relativement court. La plupart des investisseurs en capital-risque chercheront des investissements qui, selon eux, arriveront à un point de sortie rentable au cours des trois à sept prochaines années en moyenne.

L’horizon temporel peut se situer vers l’extrémité la plus longue de l’échelle dans les cas où le capital-risqueur investit dans un stade d’amorçage ou dans une activité très précoce, tandis que les investissements dans des sociétés plus établies auront un horizon temporel plus court.

Le fonds spécifique dont provient le capital peut également déterminer l’horizon temporel potentiel. Un fonds avec seulement quelques années de mandat restant, par exemple, recherchera des investissements qui correspondent à cette échéance.

Investir dans les talents 

L’investissement en capital-risque est par nature assez pragmatique. L’investisseur reçoit une participation au capital de l’entreprise en échange de l’investissement et a donc son mot à dire sur la façon dont l’entreprise progresse. Pour l’entreprise cela peut être extrêmement utile, car le capital-risqueur peut apporter ses connaissances spécialisées et une expérience supplémentaire sur la table.

Pour l’investisseur, cela signifie qu’il est plus susceptible de choisir des investissements dans lesquels l’entreprise est détenue ou gérée par des individus qui ont un caractère et des perspectives similaires. Sans une bonne équipe de gestion, même certaines des meilleures idées au monde ne pourront pas voir le jour, de sorte que les investisseurs en capital-risque recherchent souvent les bonnes personnes plus que les bonnes affaires.

Innovation 

En moyenne, moins de 1 % des entreprises aux États-Unis reçoivent un financement d’un investisseur en capital-risque. Le financement étant si rare, il est essentiel d’avoir une idée innovante qui permet à la startup de se démarquer de la foule pour susciter l’intérêt des investisseurs.

Les idées doivent être nouvelles et originales, mais également approfondies et bien présentées si elles veulent attirer et retenir l’attention d’un groupe d’investisseurs insaisissable. Cela suppose une présentation détaillée non seulement des forces de l’idée, mais aussi de ses faible

sses potentielles, les motivations précises du projet et les alternatives existantes.

Options de sortie 

Comme indiqué ci-dessus, les investisseurs en capital-risque se concentrent sur la stratégie de sortie, les options de sortie doivent donc être bien documentées dans une proposition de financement. Cela peut inclure des détails sur d’autres investisseurs potentiels qui voudront peut-être s’impliquer une fois l’entreprise suffisamment développée, ou sur les perspectives d’un premier appel public.

L’annexe infographique examine certaines des principales transactions de financement en capital-risque conclues lors du deuxième trimestre 2019.